FLORENT POUSSINEAU

FR

 

Les réalisations artistiques de Florent Poussineau se situent entre l’acte performatif, la vidéo et l’installation. Il met en jeu la relation que nous entretenons avec la nourriture dans nos sociétés occidentales : une garantie de subsistance de l’homme, un acte culturel, communautaire ou individuel qui évolue dans un contexte et une époque particulière. Il utilise la nourriture tant comme un matériau noble proche de l’oeuvre d’art, élitiste, que comme un élément répulsif et dégoûtant. Grâce à elle, il joue, hiérarchise, provoque des sentiments contradictoires et reproduit de façon induite certains schémas comportementaux présents dans notre société de consommation.

 

Dès le plus jeune âge il a pu échanger, apprendre, découvrir et parfaire son apprentissage avec des professionnels des métiers de bouche. son père étant pâtissier, il est depuis de nombreuses années son premier professeur. C’est dans l’environnement familial et social que l’éducation prend ses racines. Ses préoccupations artistiques ont pour base la recherche de ce qui fait de chaque individu ce qu’il est et ce qu’il représente dans un monde actuel. La quête pour partir à la recherche d’un temps perdu démontre qu’il n’est pas tant perdu que ça, le comportement que nous avons en société, les règles de bonnes conduites ou bien de savoir-vivre sont ancrées en nous depuis notre enfance. Que se passe-t-il lorsque l’environnement est détourné ou inconnu et que l’on dépasse les codes dictés par nos Pères ? Ces environnements proposés sont sous le signe de la convivialité et de la découverte de l’autre, mais aussi de soi-même.

 

Le partenariat avec les professionnels de métier de bouche est très important dans son travail. Il questionne le statut de l’artiste/artisan, du territoire gastronomique ou bien du savoir-faire. L’artiste fait par lui-même et provoque l’échec par la non-maîtrise d’une technique, mais démontre en même temps un quotidien qui appartient aux professionnels et qui est caché. Il permet également de provoquer un échange qui place chaque interlocuteur au même rang hiérarchique, professionnels culinaires et professionnels artistiques, dans un but où chacun apprend de l’autre.

 

L’acte performatif lui permet de mettre en valeur le geste technique,  l’aliment ou le convive. Le corps prend une place importante lors de ces moments d’expérience, tantôt pour créer une posture autoritaire tantôt pour le pousser dans l’extrême de ses capacités à subir l’alimentation. Dans notre société occidentale et plus particulièrement en France, le repas gastronomique Français est maintenant classé au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco. Il est donc important d’aborder les sujets en lien à la haute gastronomie, mais il est tout aussi important de parler de junk food, street food ou de malbouffe qui relèvent de notre quotidien.

 

EN

 

Florent Poussineau's artistic creations are situated between the performative act, video and installation. He brings into play the relationship we have with food in our Western societies: a guarantee of human subsistence, a cultural, communal or individual act that evolves in a particular context and time. It uses food as a noble material close to a work of art, elitist, as well as a repulsive and disgusting element. Thanks to it, it plays, hierarchizes, provokes contradictory feelings and reproduces in an induced way certain behavioural patterns present in our consumer society.

 

From a very young age he was able to exchange, learn, discover and perfect his apprenticeship with professionals in the food trade. His father being a pastry chef, he has been his first teacher for many years. It is in the family and social environment that education takes its roots. His artistic preoccupations are based on the search for what makes each individual who he is and what he represents in today's world. The quest to go in search of lost time shows that it is not so much lost as that, the behaviour we have in society, the rules of good behaviour or good manners are anchored in us since our childhood. What happens when the environment is diverted or unknown and we go beyond the codes dictated by our Fathers? These proposed environments are under the sign of conviviality and the discovery of others, but also of oneself.

 

The partnership with the professionals of the food trade is very important in his work. He questions the status of the artist/craftsman, the gastronomic territory or the know-how. The artist makes by himself and causes failure by not mastering a technique, but at the same time demonstrates a daily life that belongs to the professionals and is hidden. It also provokes an exchange that places each interlocutor in the same hierarchical rank, culinary professionals and artistic professionals, with a goal where each learns from the other.

 

The performative act allows him to highlight the technical gesture, the food or the guest. The body takes an important place during these moments of experience, sometimes to create an authoritative posture and sometimes to push it to the extreme of its capacity to undergo the food. In our western society and more particularly in France, the French gastronomic meal is now classified as a UNESCO intangible world heritage. It is therefore important to talk about subjects related to haute gastronomy, but it is just as important to talk about junk food, street food or junk food that are part of our daily lives.